Le groupe de recherche

Le groupe de recherche du Jardin botanique, dirigé par le Pr. Kozlowski, explore divers aspects de la biologie de conservation et de la biogéographie des espèces végétales menacées, endémiques et reliques. Le sujet d’étude principal et les taxons modèles sont des plantes ligneuses reliques, à distribution disjointe, avec un intérêt particulier pour les genres Zelkova (Ulmaceae), Pterocarya (Juglandaceae) et Quercus (Fagaceae). Le groupe de recherche du Pr. Kozlowski coordonne les activités du réseau international et interdisciplinaire des projets d'arbres reliques, regroupant plus de 30 chercheurs d'environ 15 pays.

D’autres recherches concernent les processus évolutifs, les modèles biogéographiques et la biologie de conservation de plantes aquatiques ou alpines, à l’échelle régionale et mondiale, comme le nénuphar nain (Nuphar pumila, Nymphaeaceae) ou les pavots (Papaver sp., Papaveraceae).

Sur le plan international, le groupe de recherche est étroitement associé au Jardin botanique de Shanghai en Chine.

Pour plus d'informations, consulter la page Zelkova

Les projets de recherche

Biologie de conservation et biogéographie des arbres reliques avec une distribution disjointe (projets Zelkova, Ulmaceae, et Pterocarya, Juglandaceae)

Ce projet international a pour but principal l’étude et la conservation des genres Zelkova (Ulmaceae) et Pterocarya (Juglandaceae), ainsi que d’autres arbres reliques très répandus dans toute l’Europe durant les époques géologiques passées. Aujourd’hui, certaines de ces espèces ne poussent plus que dans des refuges isolés, comme la Crète (Z. abelicea) ou la Sicile (Z. sicula).

Les arbres reliques sont des témoins du passé. A ce titre, ils sont un objet d’étude particulièrement intéressant et important pour les biogéographes, les paléontologues et les spécialistes de la protection des espèces et de la nature.

Biologie de conservation et phylogéographie des espèces alpines et arctiques de pavots (Papaver sp., Papaveraceae)

Le pavot occidental (Papaver occidentale) est un véritable emblème des Préalpes, avec ses fleurs blanches bien visibles au milieu des éboulis froids et raides. Cette relique glaciaire appartient au grand groupe du pavot des Alpes (P. alpinum) qui compte une cinquantaine d’espèces endémiques des régions arctiques de l’hémisphère nord ou des hautes montagnes d’Eurasie et d’Amérique du Nord.

Avec le réchauffement climatique, ces espèces sont en grand danger de disparition. Le canton de Fribourg a une grande responsabilité dans la sauvegarde du pavot occidental, et les chercheurs tentent d’établir l’origine et les liens de parenté entre le pavot occidental et les espèces de la section Meconella, avant que cette espèce ne disparaisse en raison du changement climatique (d’après les modélisations).

Génétique des populations et distribution de l’arolle (Pinus cembra, Pinaceae) dans les Préalpes occidentales

L’arolle est une espèce relique boréale de la flore européenne. Dans le canton de Fribourg, cet arbre forme très rarement des peuplements purs, et les forêts d’arolle sont parmi les associations forestières les plus rares des Préalpes occidentales. Ces populations isolées possèdent un énorme potentiel biogéographique et de conservation, mais le caractère naturel de ces populatons doit être confirmé, suite à la plantation de centaines de milliers de plantules au début du XXème siècle.

Biologie de conservation du nénuphar nain (Nuphar pumila, Nymphaeceae), espèce relique

Le nénuphar nain (Nuphar pumila) est en forte régression dans toute l'Europe, et en particulier en Suisse, notamment en raison de son hybridation avec son proche parent, le nénuphar jaune (Nuphar lutea). En collaboration avec d'autres institutions, le Jardin botanique de Fribourg étudie les mécanismes de cette hybridation afin de proposer des mesures de conservation pour la sauvegarde de cette espèce rare de plante aquatique.

Biologie de conservation des espèces menacées de chênes (Quercus sp., Fagaceae) dans les forêts montagneuses de nuages de Chine et d’Asie du Sud-Est

Depuis près de 10 ans, le Jardin botanique de l'Université de Fribourg mène des recherches sur les plantes menacées de la région de l'Asie de l'Est, en particulier en Chine. À partir de 2020, la coopération avec la Chine entre dans une nouvelle phase, plus intensive. Gregor Kozlowski (directeur du Jardin) a été nommé professeur adjoint au Centre de recherche du Jardin botanique de Shanghai à compter du 1er juillet 2020. Cette nomination honorifique vise à renforcer la coopération entre le Jardin botanique de Shanghai et l'Université de Fribourg. Des thèses de master et de doctorat communes, des échanges d'étudiants, des projets de recherche internationaux, des expéditions sur le terrain et la publication commune d'articles de recherche sont prévus. L'un des premiers projets communs est la recherche sur les chênes menacés du sud de la Chine (Quercus litseoides, Q. chungii, Q. arbutifolia, entre autres).

Collaboration : Dr. Yi-Gang Song (Jardin botanique de Shanghai, Chine).

La vie sur les arbres reliques : espèces ligneuses en tant qu’écosystèmes pour d’autres organismes

Les arbres comptent parmi les organismes les plus grands et vivant le plus longtemps de la planète. Ils fournissent de la nourriture et un habitat à d'innombrables micro-organismes, champignons, épiphytes, invertébrés et vertébrés. Le projet étudie la diversité de certains groupes d'organismes qui colonisent divers arbres reliques, ainsi que le rôle écologique que ces organismes jouent dans les forêts reliques. Plus précisément, le projet a pour cible les lichens, mousses, insectes et acariens vivant sur Zelkova abelicea en Crète (Grèce), ainsi que Pinus cembra et Acer pseudoplatanus dans les Préalpes fribourgeoises.

Collaboration : Prof. Dariusz Gwiazdowicz (Université des sciences de la vie, Poznan, Pologne)