Séminaire08.05.2018

Les réfugié·e·s explorent les transformations de la famille


En novembre dernier, quinze réfugié·e·s de neuf pays ont participé au séminaire «Transformations de la famille en contextes européens et musulmans contemporains» à l'Université de Fribourg. Au cours de ces trois vendredis d'études, les participant·e·s ont fait preuve de motivation et ont mené des discussions constructives par leurs réflexions sur les mutations au sein de la famille.

La deuxième édition de ce séminaire extraordinaire, qui s’est déroulée sur trois vendredis, du 17 novembre au 1er décembre 2017, a été organisée par l’Institut de recherche et de conseil dans le domaine de la famille (IFF) de l'Université de Fribourg, avec le soutien du Fonds d'action facultaire (FAF). Les réfugié·e·s ayant une formation universitaire et bénéficiant d'une connaissance suffisante de l'anglais ainsi que du français étaient invités à participer et à partager leurs connaissances.

Des débats animés et une forte motivation

 Que ce soit d’un point de vue sociologique, anthropologique, psychologique ou juridique, l’analyse des transformations de la famille, institution culturelle marquée de nos sociétés, a suscité un vif intérêt de la part des participant·e·s. Les cours se sont déroulés tantôt en anglais, tantôt en français.

Les professeur·e·s Edouard Conte, Meinrad Perrez, Dominik Schöbi et Gisela Kilde, tous actifs à l'Université de Fribourg, ont guidé les participant·e·s de part et d’autre de plusieurs sujets clés. Lors du séminaire, les réfugié·e·s ont pu mettre en rapport leur propre expérience de la famille, acquise dans leurs sociétés d’origine, avec les pratiques familiales rencontrées en Europe. Les journées d'étude ont été caractérisées par le haut niveau de connaissance des participant·e·s, une forte motivation et des débats animés.

Un appel aux échanges interculturels

Selon le professeur Dominik Schöbi, le séminaire a permis d'acquérir de multiples expériences qui seront utiles pour planifier une troisième édition. En effet, au vu du succès des précédentes éditions, les organisateurs vont définir les sujets d’un nouveau séminaire pour cet automne. «Nous avons l'impression que l'apprentissage mutuel sur la famille, les relations, les différentes tâches et les rôles familiaux dans différentes cultures peut contribuer grandement au contact interculturel et aider les réfugié·e·s à se repérer dans notre propre culture», explique Dominique Schöbi.

De plus, une place suffisante devrait être réservée pour conseiller les participant·e·s sur des problématiques spécifiques et pour répondre à des questions concrètes. Les réfugié·e·s ont manifesté un grand intérêt à être informés sur les modes de vie en Suisse.