Philosophie médiévale (pme)

La philosophie du Moyen Âge couvre la longue période qui s’étend du Ve au XVe siècle. De ce fait, elle porte sur un très grand nombre d’auteurs, de textes et de thèmes philosophiques. Ceux-ci sont examinés selon des perspectives diverses, en fonction des intérêts théoriques qui marquent le développement de la philosophie au cours de cette période, ainsi qu’en fonction du bagage philosophique et culturel des auteurs qui en traitent. Epoque charnière entre l’Antiquité et la Modernité, la pensée médiévale a été le dépositaire de la tradition philosophique de l’Antiquité grecque, de la tradition latine antique et tardo-antique, ainsi que de la tradition juive et arabe du Moyen Âge. Aussi, c’est grâce aux grandes entreprises de traduction effectuées au Moyen Âge qu’un vaste patrimoine de textes philosophiques et scientifiques a été connu par la culture occidentale et a été transmis aux siècles successifs. C’est donc par ce biais que l’aristotélisme, ainsi qu’une partie de la tradition platonicienne et néoplatonicienne, intégrés et reélaborés par les penseurs du Moyen Âge, ont alimenté et enrichi la philosophie occidentale et l’ont inspirée jusqu’à nos jours.

L’étude de la philosophie médiévale constitue par conséquent une étape nécessaire en vue d’une compréhension adéquate de l’histoire des idées dans la culture occidentale. L’enseignement de la philosophie médiévale propose une initiation à un large éventail d’auteurs et de textes, abordés à la fois d’un point de vue thématique (théories de la connaissance, métaphysique, philosophie de la nature, éthique) et historique (mise en contexte et «en réseau» des théories abordées).

  • Enseignement et recherche

    Dans l’enseignement de la pensée médiévale, un accent particulier est mis sur le XIIIe et le XIVe siècle. Pour le XIIIe siècle, sont étudiés notamment des penseurs comme Thomas d’Aquin, Gilles de Rome, Pierre de Jean Olivi ou Dietrich de Freiberg, qui ont élaboré des systèmes d’un grand intérêt philosophique et peuvent être considérés comme représentatifs des résultats les plus importants auxquels a abouti la philosophie de cette époque dans son interaction avec la théologie. S’agissant du XIVe siècle, on aborde des penseurs tels que Duns Scot, Maître Eckhart, Dante Alighieri ou Guillaume d’Ockham, qui ont marqué le développement de la philosophie par des contributions particulièrement significatives dans les domaines de la métaphysique, de l’éthique, de l’épistémologie, de la logique et de la philosophie de la nature. Héritiers des spéculations précédentes, ces auteurs s’en sont également démarqués et ont ouvert d’importantes perspectives vers la modernité.

    L'activité de la recherche en philosophie médiévale, à l’heure actuelle, comprend notamment la participation à un projet international d’édition critique des œuvres de François de la Marche (XIVe siècle) qui a abouti à la publication de trois volumes par l’équipe fribourgeoise, et la poursuite d'un projet de recherche, soutenu par le Fonds National Suisse, qui porte sur La matière et l’espace dans la pensée médiévale. Éléments pour une archéologie de la pensée moderne.

    La Philosophie médiévale est engagée dans les travaux de la collection Vestigia (en collaboration avec le Prof. Filip Karfik, Philosophie antique), de la collection Dokimion et de la collection Scrinium friburgense de l’Institut d’Études Médiévales.

  • Collaborateurs
    • Tiziana Suarez-Nani, Prof.ord.
    • Nicolas D’Andrès, Maître-assistant
    • Valentin Braekman, Ass.dipl.
    • Aurora Panzica, Doct. FNS
    • Anik Sienkiewicz-Pépin, Doct. FNS