Des bases solides pour de nouveaux défis

Des bases solides pour de nouveaux défis

Les nouveaux statuts de l’Université de Fribourg ont été ratifiés le 17 janvier 2017 par le Conseil d’Etat. Ils entrent ainsi en vigueur, avec effet immédiat. Après un processus de presque deux ans, le texte juridique permet d’offrir un socle stable à l’Université, afin qu’elle puisse se développer en accord avec le nouveau cadre légistlatif et relever les défis que posent un paysage académique dynamique. Astrid Epiney, rectrice, explique leur utilité.

Cette ratification couronne presque deux ans de travail. Pourquoi fallait-il réviser nos anciens statuts?
En effet, la Loi sur l’Université (LUni) a déjà été révisée en 2014. Une première révision partielle, survenue au début 2015, a permis de procéder aux adaptations absolument nécessaires pour que les statuts soient compatibles avec le cadre législatif révisé. Toutefois, vu les modifications substantielles et stratégiques de la Loi, il était, dès le début, clair qu’une refonte globale des statuts de l’institution – qui dataient du 31 mars 2000 – était nécessaire.

Sur quoi se fondent ces nouveaux statuts?
Promulgués par le Sénat le 4 novembre 2016, ils se fondent, en premier lieu, sur le cadre défini par la LUni révisée et sur les idées directrices énoncées dans le message accompagnant cette révision. Ils prennent également en compte, en plus des souhaits du Sénat et du Rectorat, une grande partie des vœux formulés par les facultés, les services centraux et les différents corps de l’Université. Au demeurant, les nouveaux statuts s’inspirent de manière ponctuelle des statuts d’autres universités suisses.

A quoi servent-ils?
Les statuts permettent d’énoncer clairement les tâches essentielles de l’Université et les principes guidant l’accomplissement des tâches. Dans l’ensemble, dans un contexte caractérisé par toujours plus de dynamisme, mais également d’une certaine compétitivité et de pression financière, cette révision totale des statuts garantit à l’Université les moyens juridiques lui permettant d’assurer et de renforcer de manière ciblée sa position d’Université suisse au rayonnement international.

Quelles sont les modifications principales par rapport aux anciens statuts?
Les nouveaux statuts se distinguent, tout d’abord, par un nouveau chapitre introductif, ainsi qu’un préambule permettant d’affirmer l’identité de l’Université. Ensuite, les nouveaux principes de gouvernance, tels que développés par la Loi cantonale, ont conduit à certaines précisions des compétences des différents organes universitaires et des instruments de gestion à l’intérieur de l’Université. Finalement, dans un souci de pouvoir promouvoir davantage la relève scientifique, un nouveau statut de professeur-e assistant-e a été créé et le statut de professeur-e associé-e a été abandonné, tout en créant deux «catégories  de professeur-e-s ordinaires.

__________

Farida Khali

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Author

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.