Fake news – A quelles sources se vouer?

Fake news – A quelles sources se vouer?

Comment se retrouver dans l’océan de l’information? Comment faire la part du vrai et du faux? Sommes-nous tous de bons clients pour les fake news? Un économiste, un spécialiste des réseaux sociaux, ainsi qu’un psychologue en discuteront avec vous lors du Café scientifique du mercredi 5 décembre. En attendant, l’un de nos intervenants, Pascal Wagner Egger, nous propose un bref fact-checking.

Posons les bases: que sont les fake news?
De fausses informations fabriquées qui imitent les vraies informations

A quoi ou à qui servent-elles? Existe-t-il un créateur type de fake news?
Le but est politique. Il s’agit de modifier l’opinion des gens afin d’en tirer profit. Les tendances politique extrémistes vont les utiliser davantage que les partis modérés.

En tant que psychologue, pouvez-vous nous dire à qui elles s’adressent? Peut-on dresser le portrait type du «bon client» de fake news?
Les premiers résultats des études en psychologie sur le sujet montrent que les gens qui raisonnent de manière intuitive (par opposition à analytique) croient davantage les fake news.

A part le fact-checking, existe-t-il un moyen de lutter contre le phénomène?
L’entraînement à la pensée critique (analytique)!

__________

  • Les fake news seront au cœur du prochain Café scientifique de l’Université de Fribourg, le mercredi 5 décembre prochain au Nouveau Monde. Plus de renseignements ici.
  • Pascal Wagner Egger est  lecteur en psychologie sociale appliquée à Unifr. Il vient de publier une étude sur les biais des croyances alternatives.

Farida Khali

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Les derniers articles par Farida Khali (tout voir)

Author

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *