Les étudiants lituaniens, enfants spirituels de Fribourg

Les étudiants lituaniens, enfants spirituels de Fribourg

Une exposition croisée célèbre pour la première fois la longue histoire qui lie l’Université de Fribourg et la Lituanie. A voir à Miséricorde jusqu’au 26 avril.

brunner_7
brunner_12
ostermann_3
brunner_8
ostermann_6
ostermann_5
ostermann_2
ostermann_1
brunner_11
brunner_6
brunner_3
brunner_2

L’exposition organisée à l’Université de Fribourg et au Musée de l’héritage ecclésiastique auprès de l’archevêché de Vilnius a pour but de présenter, pour la première fois, l’activité intellectuelle des Lituaniens qui ont étudié à l’Université catholique de Fribourg durant la période allant de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, et leur rôle dans la formation de l’Etat lituanien moderne, par le biais de la société d’étudiants Rūta-Lituania (active à Fribourg de 1899 à 1934) et des artéfacts qui y sont liés.

Le vernissage de l’exposition, qui a eu lieu vendredi le 29 mars, a aussi été l’occasion de la remise du drapeau historique des étudiants lituaniens de l’Université de Fribourg, jusqu’aujourd’hui gardé par les recteurs de l’Université, au Musée d’héritage ecclésiastique qui était représenté par sa directrice Mme Sigita Maslauskaitė-Mažylienė. Le drapeau sera exposé dans le Hall de la Chapelle tout au long de l’exposition, de même que 10 panneaux traçant l’histoire des étudiants lituaniens à Fribourg dans la première moitié du XXe siècle et trois vitrines présentant de documents historiques.
__________

Farida Khali

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Author

Exerce d’abord sa plume sur des pages culturelles et pédagogiques, puis revient à l’Unifr où elle avait déjà obtenu son Master en Lettres. Rédactrice en chef d’Alma & Georges, elle profite de ses heures de travail pour pratiquer trois de ses marottes: écrire, rencontrer des passionnés et partager leurs histoires.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.