Confinées comme des sardines

Confinées comme des sardines

Milena, Milène et Olivia vivent un confinement particulier: elles habitent à cinq dans une colocation. Une expérience particulière qui ne saurait ébranler leur très profonde amitié.


Comment va la santé ? Et celle de vos proches ?
Milène: Ici, personne n’a de symptômes, mais on ne sait évidemment pas si on est porteuse de la maladie. Je ne rends plus visite à ma famille, car ma maman a de l’asthme et mon papa est plus âgé.

Le confinement n’empêche pas la convivialité

Avez-vous très vite appliqué les mesures de distanciation sociale?
Milena: Au début, c’était bizarre de ne pas se faire de bises, mais on s’y est assez vite accoutumée. Comme nous sommes cinq à vivre dans cette colocation, si chacune voit d’autres personnes, cela va faire une longue chaîne. On a donc vite décidé de limiter les contacts.

Et logistiquement, pour les achats, comment procédez-vous?
Olivia: Chacune fait ses courses. Parfois, nous y allons à deux.
Milena: Mais on essaie de ne pas y aller chaque jour et parfois on fait les courses pour les autres.

Est-ce que c’est une période anxiogène pour vous?
Milène: En tant qu’étudiantes, nous ne souffrons pas de conséquences trop sérieuses, notamment économiquement. En plus, le confinement n’est pas si dur, puisque nous sommes cinq amies d’enfance à vivre ensemble.
Milena: on se pose tout de même des questions: comment vont se passer les examens? Auront-ils tout simplement lieu?
Olivia: On a des petites crises d’angoisse passagères. (rires)

Leçon de pilate entre colocatrices

Quant est-il des travaux à rendre?
Milène: Tout est maintenu. J’ai même un travail de master à Vienne! Ça risque de se faire par vidéo-conférence, mais c’est tout de même difficile de tout faire avec des ressources en ligne.
Milena: Oui et comme la bibliothèque est fermée, nous sommes obligées d’étudier à la maison, assises autour de la même table.

D’être cinq autour d’une table, ça crée une émulation ou ça distrait?
Les trois en chœur: Cela peut être les deux en fait !
Olivia: Dès que l’une commence à faire autre chose, c’est fini. Il faut avoir beaucoup de discipline.

Le télétravail a-t-il tout de même des avantages? Est-ce que ça pourrait être une solution d’avenir?
Milena: Oui, pour ceux qui le souhaitent, mais j’estime qu’on a tout de même besoin de contacts humains.
Milène: Et de sortir de chez soi, ça fait du bien. Je comprends maintenant que tout le monde fasse du footing maintenant.

Vos conseils pour vivre un confinement heureux?
Milène: Il faut profiter de la vie en colocation. Nous, nous avons fait des concours de cuisine. Olivia a donné un cours de pilate.
Milena: Et il faut voir le positif. Avant, nous vivions chacune de notre côté, nous avions toutes nos hobbies, nos sports. Maintenant, nous passons plus de temps ensemble.
Olivia: Et, surtout, on dépense moins d’argent! (rires et approbation générale!!)

 

Les derniers articles par Christian Doninelli

Author

The long and winding road! Après un détour par l'archéologie, l'alpage, l'enseignement du français et le journalisme, Christian travaille depuis l'été 2015 dans notre belle Université. Son plaisir de rédacteur en ligne? Rencontrer, discuter comprendre, vulgariser et par-ta-ger!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *