Projets de recherche

Projets en cours
  • DECOLLE : Décentrer l’institution scolaire pour faciliter la collaboration entre l’école et les familles ? Une recherche ethnographique au sein d’une administration scolaire cantonale

    Durée du projet :

    2019-2023

    Équipe de recherche :

    Tania Ogay (UniFr), Xavier Conus (UniFr), Loyse Ballif (HEP-Fr), Lise Gremion (HEP-Vd), Rahel Banholzer (doctorante).

    Financement : Fonds national suisse de la recherche scientifique

     

    Description :

    Devant l’enjeu que représente l’égalité des chances pour nos sociétés de plus en plus culturellement diverses et interconnectées, développer la collaboration entre l’école et les familles – en particulier celles issues de la migration et/ou socialement défavorisées – est reconnu comme un moyen important pour amener tous les élèves à la réussite. Or les recherches – y compris notre précédent projet COREL, financé par le FNS, réalisé dans un établissement scolaire du canton de Fribourg – montrent la difficulté à concrétiser cette collaboration. Qui peut même avoir des effets contraires pour les familles censées en bénéficier : lorsqu’ils ne partagent ni les implicites de l’école ni ses codes, les parents ne coopèrent pas de la façon attendue par les acteurs scolaires, ce qui contribue encore à leur disqualification alors que les parents bien au fait de la culture scolaire, généralement de classe moyenne ou supérieure, investissent le partenariat offert pour renforcer leur position. Les recherches conduites sous différentes latitudes font très largement un constat décevant des résultats des politiques visant à promouvoir la collaboration entre l’école et les familles. Pour autant, à l’exception de travaux anglo-saxons qui étudient la relation école-familles et le leadership scolaire dans une perspective liée à la théorie critique, la recherche des causes des difficultés rencontrées dans la collaboration entre l’école et les familles est encore peu avancée.

    À la suite de notre précédente recherche dans laquelle nous avons constaté la difficulté des enseignants à prendre de la distance par rapport à leur propre perspective pour se représenter celle des parents, le présent projet vise à investiguer plus avant l’hypothèse que nous avons formulée d’un ethnocentrisme de l’institution scolaire comme obstacle majeur à la collaboration école-familles. Au-delà de l’ethnocentrisme des acteurs individuels, c’est à l’ethnocentrisme de l’école en tant qu’institution, perceptible notamment dans ses règlements et prescriptions, que nous nous intéressons. Pour cela, nous comptons réaliser une étude ethnographique au sein d’une administration scolaire cantonale, un terrain encore inexploré par les chercheurs, les rares recherches disant porter sur l’administration scolaire s’intéressant aux directions d’établissements.

    En combinant observations, entretiens, collecte de documents et journaux de bord des chercheurs, nous cherchons à comprendre comment la relation école-familles se joue dans une administration scolaire et le rôle que peut y jouer l’ethnocentrisme institutionnel. Un deuxième objectif est orienté vers l’application: par la réalisation de la recherche, nous souhaitons favoriser et accompagner un processus de décentration au sein de l’administration scolaire. Rendre compte de ce processus constitue le troisième objectif du projet. Notre perspective théorique est celle de la communication interculturelle – dans une perspective intégrant l’interactionnisme symbolique – que nous complétons avec l’ethnographie critique de l’éducation pour son apport d’une perspective socio-politique et historique qui ouvre sur les structures sociales et les relations de pouvoir contraignant l’action des acteurs sociaux.

    Le projet vise des retombées sur plusieurs plans : d’une part, l’avancement des connaissances scientifiques sur la relation école-familles, en dépassant le constat des difficultés pour investiguer une des causes possibles, l’ethnocentrisme institutionnel, et ceci dans un terrain jusque-là ignoré des chercheurs, l’administration scolaire. L’intégration des perspectives critiques anglo-saxonnes sur la relation école-familles et le leadership scolaire représente également un enrichissement pour la recherche francophone sur la relation école-familles. D’autre part, le projet ambitionne d’avoir un impact sur le terrain dans lequel se déroulera la recherche, en favorisant un processus de décentration, ce qui ouvrira de nouvelles perspectives en matière de formation des cadres scolaires à cette facette encore sous-estimée de leur activité.

    Contact

    Prof. Tania Ogay
    Université de Fribourg 
    Département des Sciences de l'éducation et de la formation

     Email

  • REALTO: la plate-forme pour la formation professionnelle connectée

    Technologies for Vocational Training, un programme de recherche de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie.

    Durée du projet:

    15.11.2016-30.06.2021

    Description:

    In Switzerland, the vocational training system by learning consists of three different learning contexts: the workplace, the vocational school and the center of inter-company courses. In each context, apprentices have access to various forms of knowledge.

    This model of multiple contexts illustrates the vision of the Swiss system of vocational training is to teach both theoretical and practical knowledge. However, separation of these different contexts results in that the knowledge gained in a context is often not applied in other contexts. The multi-context approach often leads to a disconnected knowledge, inert and fragmented which can not be used in problem solving.

    Plus d'information sur le site de l'EPFL

    Contact

    Prof. Jean-Luc Gurtner
    Université de Fribourg 
    Département des Sciences de l'éducation

     Email
     +41 26 300 75 83

  • Enquête DICASCO – Diversité des profils des cadres de l’institution scolaire fribourgeoise

    Durée du projet
    Mars 2018 à juin 2020

    Résumé du volet fribourgeois du projet

    La persistance d’une réussite scolaire moindre de la part des élèves issus de la migration et/ou de milieux défavorisés a progressivement amené à ce que la recherche, après s’être longtemps focalisée sur les caractéristiques des élèves et de leurs familles, explore également le rapport de l’école à la diversité socio-culturelle de ses publics. Conduits dans des contextes variés, de nombreux travaux se sont notamment intéressés aux effets potentiellement négatifs d’une tendance à une faible représentativité du personnel enseignant vis-à-vis de la diversité ethnoculturelle des élèves (Charles & Legendre, 2006 ; Gérin-Lajoie & Demers, 2003 ; Ryan, Pollock & Antonelli, 2009 ; Stadler, 2001 ; Villegas & Lucas, 2004). Par contre, la recherche n’a jamais vraiment exploré le profil des cadres de l’institution scolaire. Or, ni la question de la représentativité du personnel scolaire vis-à-vis de la population des élèves, ni celle du rapport plus large de l’école à la diversité de ses publics, ne s’arrêtent aux seuls enseignants. Élargir la focale nous apparaît d’autant plus nécessaire à la suite d’une recherche précédente sur la relation école-familles, conduite dans un établissement scolaire du canton de Fribourg situé dans un contexte de diversité culturelle marquée. Nous y avons identifié la force de la norme scolaire, et là-derrière un ethnocentrisme scolaire, institutionnel, dépassant le seul niveau des enseignants, comme un obstacle majeur à une ouverture de l’école à la diversité des familles (Conus, 2017 ; Ogay, 2017).

    Dans ces circonstances, l’enquête DICASCO vise un double objectif : 1) répondre au manque mentionné de recherches à propos des cadres de l’institution scolaire en établissant un portrait des cadres de l’école du canton de Fribourg en Suisse quant à leurs trajectoires personnelle, familiale, professionnelle et de formation, ainsi qu’en ce qui concerne leur rapport à la question de la diversité culturelle à l’école ; 2) repérer dans le profil de ces cadres d’éventuels éléments qui nous paraîtraient pouvoir participer à l’ethnocentrisme institutionnel évoqué. Avec l’accord des autorités scolaires cantonales, un questionnaire en ligne a été transmis aux cadres des trois services de l’école obligatoire fribourgeoise : le service de l'enseignement obligatoire de langue française (SENOF), son pendant germanophone das Amt für den deutschsprachigen obligatorischen Unterricht (DOA), et le service de l’enseignement spécialisé et des mesures d’aide (SESAM). Nous avons considéré comme cadres de l’école fribourgeoise l’ensemble des personnes occupant soit une fonction hiérarchique vis-à-vis des enseignants, soit une fonction rattachée directement à l’administration scolaire dans les trois services mentionnés. En tout, 152 personnes ont répondu au questionnaire.

    Nos résultats permettent de dresser un profil détaillé des cadres de l’école fribourgeoise, et de relever certaines spécificités selon les services, les fonctions ou encore les âges. Au-delà de ces particularités, les résultats relevés vont toutefois dans le sens d’une homogénéité marquée de profils et de trajectoires, articulée autour de deux axes : d’une part, une proximité et une familiarité de longue durée des répondants avec le monde scolaire ; d’autre part, une endogamie du système scolaire fribourgeois, les cadres amenés à lui donner son orientation y ayant largement construit leur parcours scolaire et de formation. Nous émettons l’hypothèse que l’homogénéité de trajectoires et l’endogamie repérées ne facilitent pas la décentration vis-à-vis de la norme scolaire, indispensable en vue de s’extraire de la tendance à l’ethnocentrisme et de permettre une ouverture de l’école à la diversité des élèves et de leurs familles.

    Dans la suite du projet, un élargissement de l’enquête à d’autres cantons permettra d’explorer si l'homogénéité de trajectoires et l'endogamie relevées sont particulièrement prononcées dans le contexte fribourgeois, ou s’il s’agit là d’un phénomène partagé dans d’autres contextes scolaires également

    Equipe de recherche

    • Xavier Conus, maître d'enseignement et de recherche au Département des sciences de l’éducation et de la formation de l’Université de Fribourg ;
    • Stéphanie Borruat, collaboratrice sur fond tiers au Département des sciences de l’éducation et de la formation de l’Université de Fribourg ;
    • Tania Ogay, professeure au Département des sciences de l’éducation et de la formation de l’Université de Fribourg ;
    • Loyse Ballif, professeure à la Haute École Pédagogique du canton de Fribourg ;
    • Lise Gremion, professeure à la Haute École Pédagogique du canton de Vaud

    Contact

    MER Xavier Conus

    Département des sciences de l’éducation et de la formation de l’Université de Fribourg 

     Email 

Projets achevés
  • COREL - Quand l'enfant devient élève, et les parents, parents d'élèves. COnstruction de la RELation entre familles et l'école lors de l'entrée à l'école | 2014-2016

    Durée du projet

    2014-2016

     

    Financement : Fonds national suisse de la recherche scientifique

     

    Description :

    Le projet de recherche COREL, soutenu par le Fonds National Suisse de la Recherche (FNS), ambitionne de comprendre comment se construit la relation entre les familles et l’école dans ses premiers moments, lors de l’entrée à l’école de l’enfant aîné. Le projet se trouve à l’articulation entre les champs des relations école-famille, de l’éducation du jeune enfant et de la transition entre les différentes étapes de la scolarité. Ces trois domaines ont été identifiés par la recherche comme ayant un fort potentiel d’amélioration, devant notamment favoriser une meilleure réussite scolaire pour les élèves issus de familles culturellement éloignées de l’école. Nous approchons la relation familles-école comme résultant d’un processus de communication interculturelle, considérant que les acteurs définissent leur relation et abordent leurs interactions à partir de cadres de référence plus ou moins proches. L’entrée de l’enfant à l’école est ainsi un moment-clé de négociation de la culture familiale et de la culture scolaire, impliquant des négociations complexes de sens et d’identités (pour soi et pour l’autre), performées dans les interactions.

    Les interactions entre enseignantes d’école enfantine et familles sont étudiées dans un établissement scolaire situé dans un contexte de forte diversité culturelle, depuis le printemps précédant l’entrée à l’école de l’enfant et tout au long de sa première année de scolarité. La collecte de données s’est faite par l’observation des interactions entre enseignantes et parents, dans des moments formels (comme les entretiens individuels ou les réunions parents-enseignantes) et informels (notamment les échanges entre les enseignantes et les familles qui ont lieu devant le bâtiment scolaire, à l’arrivée et au départ des enfants), ainsi que par des entretiens individuels avec les enseignantes et avec les familles. La collecte des données s’est terminée à l’automne 2015. L’analyse des données en cours a permis de relever de premiers résultats (voir publications ci-après). Le travail d’analyse détaillée visant à comprendre le processus de construction de la relation entre familles et enseignantes dans chacune des constellations parents-enseignante est appelé à se poursuivre durant l’année 2016.

    L’originalité de l’étude réside notamment dans l’appréhension de la construction de la relation école-familles sous l’angle de la communication et de ce qui se joue dans les interactions, plutôt qu’en termes de variables individuelles propres à l’un ou l’autre des partenaires de la relation. Une autre originalité est l’approche longitudinale ainsi que le croisement de données venant d’observations et d’entretiens réalisés auprès des familles comme des enseignantes. Les résultats de la recherche devraient notamment permettre de définir des pistes d’action pour la formation des enseignants, particulièrement en termes de pratiques de communication, afin de favoriser le développement de compétences à construire une relation positive avec tous les parents, y compris ceux plus éloignés de la culture scolaire.

    Équipe de recherche

    • Prof. Tania Ogay, Département des Sciences de l’éducation de l’Université de Fribourg, en association avec le ZeFF (Universitäres Zentrum für frühkindliche Bildung Fribourg)
    • Loyse Ballif (Haute Ecole Pédagogique de Fribourg)
    • Xavier Conus, Laurent Fahrni, Loana Cettou, Alessia Bignasca, Eva Fernandes et Fausta Genazzi (Université de Fribourg)
    • Nilima Changkakoti, Valérie Hutter et Carole Veuthey (Université de Genève)

    Contact

    Prof. Tania Ogay
    Département des Sciences de l’éducation
    Université de Fribourg
     Email 
      +41 (0)26 300 75 44

  • STABIL: "Stabile Lehrverträge - die Rolle des Ausbildungsbetriebs" | 2013-2015

    Durée du projet

    2013-2015

    Descriptif

    Le projet, fruit d'une coopération entre les Universités de Fribourg (Prof. Dr. Jean-Luc Gurtner) et de Constance (Prof. Dr. Stephan Schumann), se concentre sur les professions de «Cuisinier/Cuisinière EFZ» et de «Peintre» et vise à identifier les facteurs qui, du côté des entreprises formatrices, permettent de garantir une formation professionnelle stable et d'éviter des résiliations de contrat d'apprentissage. Plus précisément, il s'agit d'examiner d'une part en quoi les entreprises qui ne connaissent pas de rupture de contrats d'apprentissage se distinguent de celles qui en ont et d'autre part d'étudier la façon dont les entreprises qui en ont gèrent les ruptures d'apprentissage et les conséquences qu'ils en tirent. 

    Contact

    Prof. Jean-Luc Gurtner
    Université de Fribourg 
    Département des Sciences de l'éducation

     Email
     +41 26 300 75 83

  • DRYMOS | 2012-2014
  • Zweisprachige Maturität | 2011-2013

    Evaluation ders Einführung des zweisprachigen Maturitätsgangs Deutsch/Französisch an den Kantonsschulen Freudenberg und Oerlikon (Pilotversuch)

  • Evaluation des bilingualen Unterrichts (bili) an Berufsfachschulen des Kantons Zürich | 2010-2011
  • DUAL-T : Technologies for Vocational Training | 2006-2013

    Technologies for Vocational Training, un programme de recherche de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie.

    Plus d'informations sur le site de l'EPFL

    Contact

    Prof. Jean-Luc Gurtner
    Université de Fribourg 
    Département des Sciences de l'éducation

     Email
     +41 26 300 75 83

  • SENS : enseignants et différences culturelles | 2006-2007

    Comment les enseignants donnent du sens à la différence culturelle. Recherche longitudinale après d'enseignants en formation initiale.

    Contact

    Prof. Tania Ogay
    Département des Sciences de l’éducation
    Université de Fribourg
     Email 
      +41 (0)26 300 75 44

  • Formation des adultes | 2006-2007

    La construction de l'identité professionnelle des formateurs et formatrices d'adultes

    Rap

    Responsable de la recherche: Jacqueline Monbaron

     

    La construction de l'identité professionnelle des formateurs et formatrices d'adultes

    Responsable de la recherche: Jacqueline Monbaron

  • Enseignement bilingue (Samedan) | 2000-2007

    Descriptif

    Projet de recherche sur l'enseignement bilingue
    Mandat de l'EKUD / Département de l'éducation, de la culture et de la protection de l'environnement du canton des Grisons