Travaux écrits

Consignes pour la rédaction des travaux de proséminaires et de séminaires

Les travaux écrits sont réglementés par la Directive n° 3 du 8 octobre 2013Dans ce cadre, les présentes consignes sont à comprendre comme des compléments à l’enseignement de l’Introduction technique au droit et aux règles valables pour le travail propédeutique, ainsi qu’aux lignes directrices indiquées dans l’ouvrage de Pierre Tercier et Christian Roten, La recherche et la rédaction juridiques, Genève-Zurich-Bâle, Schulthess éditions romandes, 7e éd., 2016.

Les étudiants désireux de rédiger un travail écrit en langue française en histoire du droit ou en droit des religions sont priés de contacter directement le prof. Yves Mausen (yves.mausen@unifr.ch). Le thème du travail écrit peut être choisi librement par les étudiants. Le cas échéant, des propositions peuvent être formulées par la Chaire. 

Après avoir entrepris les premières recherches sur le thème arrêté et en tout état de cause avant le début de la rédaction, il est conseillé de soumettre par voie électronique la bibliographie et le plan au prof. Yves Mausen.

Toute question concernant la forme qui n’aurait pas sa réponse dans les indications données ci-après est à adresser à Mme Marie-Bernadette Schoenenberger (marie-bernadette.schoenenberger@unifr.ch). 

Une fois le travail achevé, deux exemplaires reliés (et non simplement agrafés) accompagnés de la déclaration sur l’honneur ci-dessous remplie et signée sont à envoyer ou déposer à la Chaire d’histoire du droit et de droit des religions, Site Miséricorde, Bureaux 4113/4114, av. de l’Europe, 20, 1700 Fribourg. 
En plus de cet exemplaire imprimé, le fichier électronique sous format Word ou pdf est à envoyer par mail au prof. Yves Mausen.

Dans la table des abréviations, on ne proposera pas d’abréviations de fantaisie là où il en existe d’usuelles. 
De même on se contentera d’utiliser les abréviations françaises là où celles-ci existent.

Dans la bibliographie, on distinguera entre les sources historiques ou les textes de lois et assimilés d’un côté et les travaux d’historiens ou d’auteurs de doctrine de l’autre.
Les ouvrages collectifs ne seront recensés que par le biais des contributions individuelles consultés.
Les titres des ouvrages seront mis en caractères italiques ; les titres des articles et contributions seront mis en caractères romains et entre guillemets français (« »).
Les ouvrages seront référencés avec leur lieu et leur date d’édition.
Les références aux contributions et aux articles comprendront les numéros des pages de début et de fin.
De façon générale, on veillera particulièrement à une présentation typographique homogène de l’ensemble. 

Dans le plan, l’introduction et la conclusion ne seront pas numérotées.
On veillera à ne pas créer de déséquilibre trop important entre les parties.
On veillera également à ne pas proposer d’introduction ou de chapitre préliminaire d’une taille disproportionnée par rapport aux développements reliés au thème proprement dit.
Pour les sujets de comparaison, on adoptera de préférence un plan thématique (en évitant donc une simple juxtaposition des sources).

Il faudra que le texte soit dépourvu de coquilles et de fautes, que celles-ci soient d’orthographe, de grammaire, de syntaxe ou de langue. Cette exigence vaut également pour les travaux réalisés dans le cadre de la mention bilingue.