Titre honorifiquePublié le 05.10.2020

Roberte Hamayon recevra le titre de Docteure Honoris Causa


Anthropologue de renom, Roberte Hamayon sera nommée Docteure Honoris Causa de la Faculté des lettres et des sciences humaines le 15 novembre prochain.

Née à Paris en 1939, Roberte Hamayon s’est spécialisée en anthropologie religieuse et a notamment étudié le modèle chamanique, religion traditionnelle des peuples autochtones de Sibérie et de Mongolie. Dès 1967, elle a ainsi procédé à des études de terrain de longue durée chez les Mongols et les Bouriates de Sibérie, complétées par des recherches comparatives dans d’autres régions d’Asie orientale (Chine, Corée, Japon, Taïwan). Elle a ainsi contribué à renouveler en profondeur l’étude anthropologique de ces peuples et de la valeur universelle du "jouer" dans l'expérience humaine. Bien au-delà de l’ethnologie, Roberte Hamayon a su puiser théories et méthodologies dans d’autres sciences sociales, notamment la linguistique.

Titulaire de deux doctorats, Roberte Hamayon a combiné le terrain avec un parcours académique hors du commun, à une époque où les femmes professeures se faisaient (encore) rares. Elle a ainsi occupé plusieurs postes académiques, notamment celui de directrice d’études au sein de l’Ecole pratiques des Hautes Etudes à l’Université de la Sorbonne à Paris. Roberte Hamayon a également fondé en 1969-70 le Centre d’études mongoles et sibériennes et la revue du même nom au Laboratoire d’ethnologie de Paris-X Nanterre.

Depuis de nombreuses années, Roberte Hamayon entretient des contacts avec la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Fribourg, et elle intervient régulièrement lors de colloques et de séminaires, notamment dans le cadre du projet de l'European Research Council Locus Ludi basé à l'Université de Fribourg (locusludi.ch).

Note :
En raison de la situation sanitaire particulière, la cérémonie du Dies Academicus n’aura pas lieu cette année et les distinctions seront remises en mains propres lors du Dies Academicus 2021. Roberte Hamayon portera toutefois son titre honorifique dès le 15 novembre 2020.

Illustrations :

Province centrale de Mongolie, Naadam (fête nationale constituée des Trois Jeux Virils, lutte, tir à l’arc, courses de chevaux dont les cavaliers ont moins de 12 ans), prise de lutte.
© C. Marchina

Mai 1967, Ulaanbaatar (à l’époque, Oulan-Bator), capitale de la Mongolie, « bonnet à cornes », la parure de tête des ruminants cornus (élans, rennes, taureaux) est par excellence gage de virilité. Autrefois les chamanes portaient une couronne surmontée d’une ramure de grand cervidé en fer.
© R. Hamayon

Mars 1967, Ulaanbaatar (à l’époque, Oulan-Bator), capitale de la Mongolie, Musée central national. C’était l’institution chargée d’accueillir Roberte Hamayon dans le cadre du protocole d’échange entre le CNRS français et l’Académie des Sciences de Mongolie. Le Musée possédait un squelette complet de dinosaure. La photo regroupe tout le personnel de ce musée. On avait prêté une robe mongole à Mme Hamayon pour l’occasion.
© Musée central national mongol

8. Juillet 1980, au Centre d’études mongoles et sibériennes, Paris-X, préparation du dictionnaire mongol-français avec Ts. Chargdarsüren.
© Laboratoire d’ethnologie de Nanterre