Thématiques psychologiques

Êtes-vous concerné-e par un des sujet ci-dessous et aimeriez-vous en savoir plus ? Voici une liste non exhaustive de difficultés qui peuvent concerner les étudiant-e-s. Ces sujets sont brièvement explicités, et de possibles solutions sont esquissées ci-dessous. Pour une évaluation plus personnelle, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Phobies sociales

    Rien que l’idée de parler devant plusieurs personnes vous stresse? Avez-vous peur d’être exposé-e au regard des autres ? Vous sentez-vous incapable de participer à un travail de groupe à cause de cela ?

    Quand quelqu’un souffre de phobies sociales, c’est plus que de la timidité ou de l’introversion : des situations considérées par la majorité des gens comme normales déclenchent systématiquement des crises d’angoisse. Alors que des phobies spécifiques, comme l’arachnophobie, sont relativement connues de la population, les phobies sociales le sont moins. Les personnes souffrant de phobies sociales font des crises d’angoisse dans certaines situations, par exemple si elles doivent manger devant quelqu’un, prendre le bus, ou assister à un séminaire dans une salle de cours bondée. Cela les amène à éviter de plus en plus ces situations, ce qui peut poser des problèmes dans leur vie sociale, professionnelle, ou dans leur quotidien d’étudiant-e-s.

    Que faire?

    Avec l’aide d’un-e thérapeute, vous apprendrez comment fonctionnent les phobies sociales et identifiez les situations déclancheuses pour vous.  Ensuite, pas à pas, vous vous confronterez à ces situations, avec l’aide de la / du thérapeute. Vous apprendrez ainsi, ou plutôt votre cerveau apprendra que ces situations ne sont pas dangereuses et, progressivement,  vous vous libérerez de vos propres modèles de pensée négatifs, jusqu’à ce que vous puissiez maîtriser des situations auparavant déclancheuses de phobies. Le Conseil psychologique aux étudiant-e-s organise régulièrement des ateliers sur cette thématique. Vous trouverez plus d’informations ici.

    Liens utiles
  • Troubles de l'alimentation

    Pensez-vous tout le temps à la nourriture ? Avez-vous l’impression de perdre le contrôle sur votre prise alimentaire ? Comptez-vous les calories que vous ingérez ? Êtes-vous totalement insatisfait-e de votre corps ? Cela pourrait être un signe que vous souffrez d’un trouble alimentaire.

    L’anorexie se manifeste par une peur compulsive de prendre du poids, malgré un IMC dans la norme. Les calories de chaque aliment sont systématiquement comptées et des activités physiques sont pratiquées afin de brûler encore plus de calories.

    La boulimie se distingue par des prises d’aliments compulsives lors desquelles une grande quantité de nourriture est consommée en un très court laps de temps, suite auxquelles peut s’installer un sentiment de perte de contrôle, de honte ou de culpabilité. Ces prises alimentaires sont ensuite compensées par une activité sportive intense, la prise de laxatifs ou la régurgitation des aliments. Le corps et le poids monopolisent les pensées.

     

    Que faire?

    Avec l’aide d’un-e thérapeute, vous apprendrez comment fonctionnent les troubles alimentaires et quelles situations les déclenchent. Une phase importante du processus sera l’observation de votre comportement alimentaire (qu’avez-vous mangé quand, qu’avez-vous pensé à ce moment, comment vous êtes-vous senti-e, etc), avant d’essayer, avec l’aide de la / du thérapeute, d’y apporter petit à petit des changements. Le suivi psychologique peut être complété par des conseils nutritionnels.

    Liens utiles
  • Dépression

    Êtes-vous triste ou déprimé-e ? Avez-vous du mal à sortir de votre lit le matin et vous demandez-vous constamment si tout cela a un sens ? N’avez-vous plus envie de rien ? Il est important que vous cherchiez de l’aide en cas d’épisode dépressif, que ce soit en cas d’humeur dépressive passagère comme en cas de dépression lourde avec des idées de suicide. En discuter avec un-e psychologue peut vous aider à retrouver petit à petit la joie de vivre. 

    Que faire?

    Une psychothérapie, avec ou sans médicaments, pourra vous aider à sortir de votre dépression, à vous sentir mieux, et à vaincre cette maladie. En cas de dépression, il est important de conserver et de soigner des contacts sociaux, de structurer son quotidien, de pratiquer une activité sportive, et de se fixer des objectifs positifs, réalistes et atteignables. En cas de besoin d’aide immédiat, ou si vous ne voyez pas d’issue à votre situation, appelez la Main Tendue (tél. 143) ou si nécessaire une ambulance (tél : 144).

    Liens utiles
  • Troubles du sommeil

    Avez-vous de la peine à vous endormir le soir ? Restez-vous éveillé-e dans votre lit en vous disant que ça serait bien pratique de pouvoir vous endormir, sans succès ? Quand vous vous endormez finalement, dormez-vous d’un sommeil léger, ou vous réveillez-vous plusieurs fois jusqu’au matin ?

    Ce scénario se répète-t-il le soir suivant, malgré le fait que vous vous soyez réveillé-e exténué-e ce matin-là ? Avez-vous de la peine à vous concentrer pendant la journée ? Paradoxalement, plus vous pensez à vous endormir, plus cela devient difficile de le faire…

    Que faire?

    À coté d’une psychothérapie, une bonne hygiène de vie peut déjà améliorer la qualité de votre sommeil. Considérez par exemples les points suivants :

    • mangez léger le soir ;
    • ne faites pas de sport deux à trois heures avant le coucher ;
    • ne consommez pas de boissons contenant de la théine/caféine, d’alcool ou de drogues vers la fin de la journée ;
    • évitez les écrans (ordinateur, tablettes, smartphones) avant le coucher ;
    • instaurez un petit rituel avant le coucher (par exemple : lire) ;
    • levez-vous tous les matins à la même heure ;
    • si vous avez de grande difficultés à vous endormir, ne restez pas agité-e au lit, levez-vous.
    Liens utiles
  • Procrastination

    Nous remettons tou-te-s à plus tard ce que nous n’avons pas envie de faire, ou ce qui pourrait attendre. Mais comme à l’uni une grande partie des acquisitions de savoir se fait de manière individuelle, cela peut devenir un problème. Prévoyez-vous de commencer à étudier ou à écrire un travail, pour finalement reporter au lendemain ?  Avez-vous souvent mauvaise conscience ? Ne savez-vous pas par où commencer un travail plus conséquent? Finissez-vous par ne plus voir qu’une énorme montagne de travail infranchissable et des délais qui se rapprochent inéluctablement ? 

    Que faire?

    Il est possible d’échapper à ce cercle vicieux. Avec l’aide d’un thérapeute, vous pourrez apprendre à structurer vos journées, apprendre à apprendre et à vous organiser. Petit à petit, vous aurez à nouveau le plaisir d’atteindre vos objectifs.

    Le Conseil psychologique aux étudiant-e-s organise régulièrement des cours collectifs sur cette thématique. Vous trouverez plus d‘informations ici. 

    Liens utiles

Autres thématiques

Liens vers les offres de conseil des autres universités