«En Suisse, une plante sur trois risque de disparaître»

«En Suisse, une plante sur trois risque de disparaître»

Jusqu’en automne 2021, le Jardin botanique de l’Université de Fribourg présente l’exposition en plein air «Trésor végétal: comment sauvegarder nos plantes menacées». Interview du Professeur Gregor Kozlowski, directeur du Jardin. 

Près d’un tiers des espèces de Suisse risquent de disparaître. Pourquoi certaines plantes sont-elles menacées? Que pouvons-nous faire pour les préserver? A partir du 10 septembre 2020, le Jardin botanique de l’Université de Fribourg accueille l’exposition «Trésor végétal. Comment sauvegarder nos plantes menacées» | «Botanischer Schatz. Wie man bedrohte Pflanzen vor dem Aussterben rettet». Au moyen de sept mots clés – observer, suivre, légiférer, évaluer, étudier, conserver et prédire – elle aborde ces questions de façon globale, tout en apportant des éléments de réponse au grand défi de la conservation de ce précieux patrimoine en péril. Des tirages grand format du photographe Mario Del Curto et un programme d’animations didactiques complètent cette exposition en plein air organisée en collaboration avec le Jardin botanique de Lausanne et l’Université de Berne. A découvrir jusqu’à fin octobre 2021.

copyright: MarioDelCurto
Copyright: Mario Del Curto
Copyright: Mario Del Curto
Eryngium alpinum (ChardonBleu) | Copyright: Gregor Kozlowski Kopie
Travail de terrain | Arenaria bernensis | Copyright: Jardin botanique
Travail de terrain |  Nuphar pumila | Copyright: Jardin botanique
Nuphar pumila | Copyright: Gregor Kozlowski

Gregor Kozlowski, une exposition sur les plantes qui disparaissent: vous nous servez encore une dose de catastrophes?
La perte de la biodiversité est un problème majeur du XXIe siècle. La situation est dramatique, mais on ne peut pas se contenter d’être négatifs. Les scientifiques doivent aider les politiques et la société à sortir de cette crise. Notre exposition présente des solutions et présente les acteurs engagés pour la sauvegarde des espèces, ici à Fribourg.

Combien d’espèces sont menacées en Suisse?
Environ 30% de la flore suisse risque de disparaître. Mais la proportion varie fortement: dans les milieux aquatiques, par exemple, ce sont 70 à 80% des espèces. Pourquoi? On a asséché les marais pour se débarrasser des moustiques, utilisé les cours d’eau pour l’électricité et les bords de lac pour les loisirs. Les zones alluviales et les tourbières ont été entièrement anéanties. Dans les forêts ou les pâturages, en revanche, la situation est moins critique.

Que fait le Jardin botanique pour y remédier?
Depuis le début des années 1980, notre équipe collabore avec les autorités locales et fédérales, puis avec InfoFlora, qui coordonne la conservation à l’échelle suisse; à ce jour, nous avons travaillé sur une vingtaine d’espèces prioritaires. Avec ses milieux très variés, des Préalpes au lac de Neuchâtel, Fribourg abrite un grand nombre d’espèces menacées. Le Nénuphar nain, par exemple, ne subsiste que dans quatre lacs en Suisse, dont deux dans le canton. Nous avons aussi les plus grandes populations de Panicaut des Alpes. On est gâtés… et stressés, car il y a beaucoup à faire!

__________

Les derniers articles par Annick Monod

Author

Diplômée en littérature anglaise, Annick Monod est responsable du Pôle public du Jardin botanique de l’Université de Fribourg. A défaut d’avoir la main verte, elle y cultive avec bonheur deux passions concomitantes: nature et écriture. Journaliste de formation, elle a auparavant dirigé la Rubrique «Magazine» du quotidien La Liberté, géré une auberge à 2500 m d’altitude et publié plusieurs livres de randonnée et d'herboristerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *